Un nouvel outil pour suivre les performances du Québec en recherche clinique

CATALIS annonce la mise en service d’un nouveau rapport de performance automatisé afin que les établissements publics du réseau de la santé et des services sociaux puissent plus facilement accéder à leurs données de performance en recherche clinique.

Ce nouvel outil, qui a été développé avec les partenaires de l’initiative CATALIS, puis piloté par cinq centres hospitaliers universitaires, est disponible depuis le 1er mars 2019 pour tous les établissements du réseau branchés au système informatique Nagano.

Ce rapport permettra aux établissements du réseau d’avoir une vue globale de leurs activités en recherche clinique, par exemple pour le nombre de projets classés par phase, par type de financement, par statut d’avancement, etc. Le rapport compilera également les temps globaux d’évaluation, incluant les évaluations éthiques, scientifiques et de convenance institutionnelle.

« Jusqu’à maintenant, la plupart des établissements de santé et de services sociaux du Québec mesuraient leurs indicateurs de performance en recherche clinique manuellement. Il s’avérait pertinent de leur offrir un outil simple pour harmoniser et automatiser la collecte de ces indicateurs. Cet outil sera important pour démontrer l’excellence opérationnelle des établissements en recherche clinique et favoriser les investissements privés dans ce domaine », explique Danika Laberge, directrice générale de CATALIS Québec.

« Nous avons commencé à utiliser le nouveau rapport de performance institutionnel automatisé au Centre hospitalier de l’Université de Montréal. Cet outil nous donne un portrait à la fois global et détaillé de toutes nos activités de recherche clinique et nous permet de mieux cibler nos actions pour optimiser notre capacité à saisir les opportunités », se réjouit Carole Jabet, directrice adjointe de la recherche au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).

Bien que cet outil soit exclusivement dédié à l’usage interne des établissements, des données agrégées pourraient éventuellement être rendues disponibles par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Une version 2.0 du rapport sera développée au cours de la prochaine année afin d’y ajouter des indicateurs relatifs au recrutement de sujets.

Partager: