Vatche Bartekian, président, Vantage BioTrials Inc.

COVID-19 et essais cliniques : point de vue de Vatche Bartekian

Dans le cadre de la situation exceptionnelle entourant la COVID-19, CATALIS a interrogé des leaders du
Québec en recherche clinique pour connaître leur opinion sur la crise et trouver les moyens de s’adapter.
Voici le point de vue de Vatche Bartekian, président de Vantage BioTrials Inc.

L’avenir de la recherche clinique après la COVID-19

Q. Comment la crise va-t-elle affecter l’industrie des essais cliniques au Québec ?

Comme pour un grand nombre de secteurs, cette pandémie a malheureusement eu un impact quasi
immédiat sur le milieu pharmaceutique et notamment les essais cliniques. Les multiples restrictions
limitant les interactions physiques entre les gens amènent son lot de défis et une multitude de projets
se sont vu être ralentis, repoussés ou même annulés. Nous observons quatre problématiques majeures
liées à la crise :

  • Plusieurs obstacles empêchent les patients d’aller à leurs rendez-vous médicaux;
  • Les moniteurs cliniques ne sont plus autorisés à se rendre sur les sites de recherche;
  • Le manque de personnel retarde l’initiation et le recrutement de patients dans les essais
    cliniques;
  • L’annulation des grandes conférences et réunion réduit l’accès à l’éducation et la naissance de
    nouvelles collaborations.

En réfléchissant à la situation actuelle, nous avons dû réagir rapidement et proposer des pistes de
solutions pour faciliter la poursuite des essais cliniques. Malgré le confinement, les technologies nous
permettent de communiquer efficacement, et nous devons les utiliser à plein escient pour limiter les
dommages causés par la COVID-19.

« Les réunions et les rencontres physiques doivent être remplacées par des initiatives virtuelles
sécuritaires »

Les entreprises doivent s’adapter et encourager les réunions virtuelles. Nos clients pharmaceutiques
ont pris soin de mettre en place des précautions supplémentaires afin de garantir une parfaite communication sécuritaire des données cliniques clés. Bien que ces initiatives prennent plus d’organisation, elles sont bénéfiques et ne peuvent que renforcer les relations entre les différents intervenants.

« Nous devons identifier des moyens pour faciliter le déplacement des patients »

Nous recommandons, entre autres, aux sites d’instaurer un système de voitures privées pour faciliter le
déplacement des patients et favoriser les services de santé à domicile (p. ex. l’administration des
drogues sous perfusion).

Pour faciliter le suivi des patients à la suite l’administration de leurs doses, nous recommandons aux
sites et aux commanditaires de recourir au suivi à distance et/ou s’adresser à des tiers afin d’accélérer
les activités en utilisant des outils de surveillance à distance comme la télémédecine.

Les comités d’éthiques sont d’ailleurs très réceptifs aux modifications de plan puisqu’ils comprennent
qu’elles sont nécessaires pour garantir aux patients l’accès aux soins et aux options cliniques que
représentent les médicaments novateurs. Les changements doivent soigneusement faire l’objet
d’amendements au protocole afin d’y refléter la/les nouvelles procédures.

« Le manque de personnel doit être contrebalancé en priorisant les comités éthiques centraux »

Certains comités d’éthique locaux sont plus susceptibles d’occasionner des retards qui peuvent être
parfois évités en priorisant les comités d’éthique centraux, en discutant et documentant au préalable
cette éventualité avec le site en question. Le Québec a la chance d’avoir un système facilité de gestion
administrative des révisions éthiques multicentriques avec le système informatique « Nagano ».

« Soyons imaginatifs pour organiser des événements virtuels rassembleurs »

Plusieurs groupes de notre industrie envisagent d’organiser dans un futur proche des événements
virtuels simulés afin que nous puissions continuer à aller de l’avant et partager nos idées. En tant
qu’organisateur de la conférence « Canada Talks Pharma », nous sommes actuellement en train de
mettre en place plusieurs micro-conférences en ligne de style « Webinar » tout en s’assurant de garder
une approche interactive entre les participants.

« La collaboration de tous les acteurs québécois de la recherche clinique nous permettra de traverser
la crise »

Grâce aux directives élaborées par ses agences réglementaires et avec un peu de bon sens, nous
devrions être capables de collaborer étroitement afin de traverser ensemble cette crise et en ressortir
plus fort. Avec d’autres initiatives portées par CATALIS, nous sommes déjà mieux placés au Québec pour
accéder aux sites cliniques et les activer plus rapidement pour le démarrage des projets.

Pour plus d’informations sur les nouvelles recommandations pour la conduite des études cliniques
pendant la pandémie, consultez les guides publiés par la FDA et Santé Canada :

Partager: